Lettre à l’Union Européenne / Molitva

Une fois n’est pas coutume, voici un article sérieux. En fouillant dans une poubelle de Zeleni Venac, Lilija Lepinja a trouvé une lettre anonyme écrite à l’Union Européenne. Comme les droits d’auteurs on s’en fout en Serbie, la voici en exclusivité en intégralité sur le blog d’Agathe. Photos de Lilija, Ada Ciganlija (l’île de Belgrade) un jour d’inondations.

Chère UE,

Je suis française, j’ai 21 ans et je t’étudie depuis la Serbie. La Serbie, ce petit pays d’Europe de l’Est du Sud aspirant à entrer en ton sein dont les institutions et le peuple essaient tant bien que mal d’embrasser tes valeurs et de s’adapter à tes normes.

IMG_1114

Je t’écris aujourd’hui parce que j’ai pris récemment un café avec un copain de Belgrade qui est volontaire depuis à peu près un an dans une asso qui aide les réfugiés. C’est un gentil garçon, étudiant, extrêmement ouvert d’esprit et loin de tout nationalisme. Cependant pendant notre rencontre il m’a confié ceci ;

« Si j’ai un jour voulu que mon pays entre dans l’Union, c’est fini. L’Europe est un continent RACISTE, HYPOCRITE qui ne respecte même pas ses propres valeurs. Elle m’a déçu et je ne veux pas que mon pays devienne membre de cette coalition de criminels. »

Des mots forts que je ne partage pas. Mais comment les ignorer aujourd’hui ? Chère Union, tu es née dans le sang de tes peuples et ta création est le meilleur rempart contre notre folie, alors s’il te plaît, fais attention. La démocratie, les institutions compétentes, et surtout l’indépendance de la justice sont des choses dont je mesure la complexité, la rareté et la nécessité aujourd’hui, et j’ai peur chaque jour un peu plus des dérives de tous tes membres. Mais dans cette courte lettre j’aimerais t’adresser une seule prière : celle d’investir dans ta jeunesse et dans celle de ceux qui fuient les guerres.

IMG_1098

Tu le sais, les enfants apprennent par ce qu’ils voient bien plus que par ce qu’on leur dit. Tu nous éduques bien, Union, à la tolérance au combat du racisme et des fascismes. A l’importance de la paix et de la démocratie, tes valeurs fondamentales. Mais aujourd’hui tes actes ne suivent plus tes mots et j’ai peur pour les petits qui vont prendre exemple sur toi ;

Ils vont grandir et tu les rendras légitimes de leur peur de ceux qui viennent d’au delà de tes frontières. Ils auront appris en théorie à ne pas être racistes, mais verront tous les jours qu’il est normal d’instaurer une ségrégation dont le critère est le lieu de naissance, la religion ou la couleur de peau d’une personne. Ils grandiront en ayant à l’esprit que certains sont plus légitimes que d’autres à avoir des droits, même si ils ont appris à haïr les chambres à gaz et le fascisme. Et quand ils seront grands ils formeront la société, occuperont les sièges de ton parlement et qui sait alors ce qu’il adviendra de toi ?

Ma seconde peur, peut être encore plus grande que la première, concerne les petits que tu refoules aujourd’hui à tes portes. Les enfants de la guerre qui se forgeront dans ta haine. Aujourd’hui ils sont mignons mais ils grandiront, et si tu les reçois dignement aussi ingrats qu’ils puissent devenir ils deviendront à vie ambassadeurs de tes valeurs. Nous avons besoin d’alliés, Union, tu le sais bien. Si on n’oublie pas une main qui nous nourrit, on n’oublie encore moins une main qui nous laisse mourir.

IMG_1095

S’il te plaît accepte les réfugiés.

S’il te plaît ne plante pas les graines d’un autre DAESH dans le terreau de leurs âmes brisées. Une démocratie libérale qui laisse mourir à ses portes des gens qui fuient les bombes, c’est un système qui se tire une balle dans le cœur.

Une guerre c’est traumatisant une guerre ça tue l’humanité dans l’âme des gens, et grandir dans la souffrance, la honte et la haine c’est grandir dans l’illusion que seule la vengeance pourra restaurer l’honneur.

Je l’ai compris en rencontrant les enfants de la dernière guerre de Bosnie. Ceux qui ont grandi et qui ont mon âge ou un peu plus, ceux qui ont survécu les massacres et ont perdu des êtres chers ; Ceux pour qui les bombes tombent encore toutes les nuits dans leurs cauchemars. La plupart se sentent encore victimes d’une injustice immense et luttent quotidiennement pour essayer de vivre en paix avec eux-mêmes.

Et il y a ceux qui ont fui la guerre et se sont réfugiés en ton sein, en Allemagne, Autriche ou Suède pour la plupart. Ceux qui me racontaient qu’ils étaient encore en contact avec la famille qui les avait accueilli plusieurs années dans leur maison, l’église qui les avait nourri ou l’école étrangère dans laquelle ils avaient appris à lire. Aujourd’hui retournés en Bosnie ils restent cependant reconnaissants et défenseurs à vie de ces pays qui les ont sauvé, Union.

IMG_1092

S’il te plaît, pense à nous, tes enfants qui sommes nés en ton sein, pense à notre futur et au futur de nos enfants, accepte ces réfugiés et traite les comme tes propres petits ;

J’ai peur plus que jamais de ta désintégration et de tout ce qu’elle entraînerait. On ne peut pas prédire le futur, mais ici en Serbie je vois chaque jour les dramatiques conséquences de la désintégration d’une autre grande Union Européenne du siècle dernier, la Yougoslavie. Crois moi, on n’a pas le droit de répéter ça, mais vraiment, jamais.

S’il te plaît Union accepte les réfugiés,

Pour nous sauver, nous, tes enfants de sang et adoptifs, car tu es le salut de notre continent.

Publicités

Une réflexion sur “Lettre à l’Union Européenne / Molitva

  1. Pingback: Marie-Cu, ou comment ne pas faire l’autruche | Agathe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s