Le blues du Poussin

Agathe n’est pas qu’une oie à l’humour démesuré et aux analyses politiques fines et de qualité. Elle sait aussi s’inspirer des démons des plus jeunes pour essayer de les soutenir. Pour Hervon M., son petit neveu de 15 jours qui broie du noir, elle a écrit ces quelques mots. Pour vous, en exclusivité, voici le délicieux Slam pour un poussin en détresse.

Il a à manger, il fait beau dehors, on s’occupe bien de lui tout va bien, cependant sous son duvet qui se transforme lentement en plume règne un brouillard qui ne désépaissit point.

Il ne sait pas ce qui lui prend ce qui l’emporte et le bouleverse, il est si petit il ne sait rien même pas comment il s’appelle ni pourquoi le renard il est si méchant. Mettre fin à ses jours il y a pensé il y pense toujours et cependant il n’y parvient pas, le destin toujours s’en mêle et d’une main lui rend la vie. Pourtant il ne demande rien à personne et personne lui rend bien, il ne sait pas ce qui se passe personne ne lui explique, c’est dur.

Personne ne le comprend lui même il ne sait pas trop si il sait ce qu’il pense, si même il pense et dans quelle langue il est confus il ne sait pas. Peut être qu’en fait il n’existe même pas personne ne peut le convaincre, parce que le doute vient de dedans là-bas derrière les bébé plumes qui poussent doucement.

Bonne chance petit poussin réveille toi avec tes doutes,
Et avec eux forge un futur plus fort que tout ce que tu crois
Bonne chance la vie est belle quand elle est pleine de contrastes,
Toutes tes peines, à défaut de les assombrir feront exister les belles choses.
Tu verras même si elle est vache la vie est pleine de merveilles,
demande à tata Agathe de te montrer ses nids secrets.
Ou se cachent donc les perces oreilles les gendarmes et les petits vers,
comment savoir où quand comment les taupes feront leurs tas.
Comment attraper un moucheron au vol et gratter dans la terre,
Le gout des graines de melon et des sauterelles au lever du soleil.
Te faire un nid dans la terre sèche, te baigner dans la poussière
chaumer quand il fait un peu chaud à l’ombre du grand cerisier.
Te cailler les pattes en hiver dans la neige qui ne fond jamais
te lever avec le soleil et courir à en perdre haleine.
Et qui sait peut être un jour trouveras tu dans le grillage
L’imperfection que tu y cherchais depuis ton premier jour.
Peut être trouveras tu le chemin pour sortir de ta cage
et donner une nouvelle dimension à ton existence.
Mais n’oublie pas que qui sort de sa condition ne peut que difficilement y revenir
et bien nombreux sont ceux qui avant toi ne sont jamais rentrés
Car quand le soleil se couche la nuit et ses dangers
N’épargnent rien, petit poussin, pas même les grands.
En attendant n’y pense pas petit, laisse toi grandir,

Accroche toi à ce que tu as, ce que tu penses, ce que tu aimes
Laisse tes petites plumes pousser et la vie vivre à travers toi
Demain un à la fraîche on ira se promener.

Agathe, pour un de ses petits neveux en souffrance.

(Histoire d’un poussin retrouvé plusieurs fois à moitié étranglé dans un grillage, la tête dans le sol les pattes en l’air et autres situations proches de la mort. Tiens bon, Hervon, on t’aime, Hervon !)

Publicités

Une réflexion sur “Le blues du Poussin

  1. Pingback: Agathe, ou la vie à 18,6km/h [article remasterisé] | Agathe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s